Jeux du Pacifique : l'heure du bilan

A
 

Jeux du Pacifique : l'heure du bilan

Près de six mois après la campagne victorieuse d'Apia, les équipes du Comité territorial olympique et sportif ont présenté le bilan de ces quatre dernières années. L'objectif : donner des pistes d'améliorations en vue des prochains Jeux du Pacifique, en 2023 aux Salomon.

CTOS bilan jeux4

C'est un travail de fourmi. L'occasion d'aller très loin dans l'analyse de quatre ans de données cumulées durant la préparation des Jeux, puis pendant l'événement. Un bilan présenté au début du mois de décembre aux représentants des ligues.
« Il y a d'abord une large partie qui concerne les Jeux en eux-mêmes, explique Yan Bouverne, en charge du suivi des entraîneurs au CTOS, et qui a participé à l'élaboration du bilan. On va par exemple observer la représentativité de chaque pays en fonction des disciplines et on analyse ce que nos plus importants concurrents ont fait. »
Puis le bilan s'attache aux résultats de l'équipe de Nouvelle-Calédonie. Des tendances statistiques (nombre d'athlètes, taux de réussite, nombre de médailles) qui sont également couplées à une analyse plus qualitative.

« Des préconisations et recommandations... »

« Depuis quatre ans, on suit les ligues dans leur préparation aux Jeux. On prend en compte leur système de sélection, la façon dont elles mettent en place leur encadrement, ce qu'elles ont reçu en crédits de préparation. Après les avoir toutes revues après les Jeux, on peut lister des préconisations et des recommandations. »

Attention, l'objectif ici n'est pas de distribuer les bons et les mauvais points. « On va chercher des dénominateurs communs qui ont amené à des performances ou à des contre-performances. Le but, c'est de déboucher sur un projet d'amélioration. Il s'agit ici de donner des outils d'aide à la décision. » Au mouvement sportif, mais pas uniquement. En plus des disciplines, chaque secteur de l'équipe de Calédonie est passé à la loupe en vue de les améliorer pour 2023 : médical, communication, logistique. Tout y passe.

« On a par exemple tenté de juger notre travail autour des valeurs (respect, excellence et unité) qu'on a voulu insuffler. Mais aussi analyser comment s'est passée la vie en communauté, au sein de l'équipe de Nouvelle-Calédonie. » Au final, les préconisations et analyses sont classées dans quatre grands thèmes.

 

Encadrer et structurer

Trois ans avant les Jeux, il est important que chaque discipline se dote d'une organisation stable avec la nomination d'un chef de projet et d'un staff technique. Une équipe qui définira alors des objectifs clairs, mais également le rôle de chacun et les modalités de sélection.

 

Planifier

Détection, formation des coaches, utilisation des crédits, suivi médical. Le but est de fédérer les athlètes et le staff technique autour d'un plan pluriannuel qui devra commencer dès l'an prochain en vue de 2023 et des Jeux de Honiara.

 

Le soutien de la Nouvelle-Calédonie

En ces temps budgétaires compliqués, il est primordial d'optimiser l'utilisation des crédits, mais également de savoir diversifier les sources de financements. Par exemple, le grand public n'a pas été assez impliqué en 2019.

 

L'héritage

La tenue, le drapeau Cagou, le Tchap. Autant d'éléments qui participent à la création d'un sentiment fort d'appartenance et au partage des bonnes pratiques. Mais ces valeurs d'unité, d'excellence et de respect, doivent toucher tous les sports calédoniens. Pas seulement les 23 présents aux Jeux, alors qu'il y en a 42 recensés en Calédonie. Des échanges entre les disciplines sont envisagés ainsi que la mise en place d'un stock de tenues pour chaque équipe qui représentent la Nouvelle-Calédonie.

Pour télécharger le dossier
"Equipe de Nouvelle-Calédonie aux Jeux du Pacifique Samoa 2019 : bilan et perspectives"

 Cliquez ICI

 

Lire aussi :