RSO : le sport acteur de son environnement

A
 

La Responsabilité sociétale des organisations : le sport acteur de son environnement

Le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a mis en place un outil pour développer encore plus la Responsabilité sociétale des organisations (RSO). Objectif : que le monde sportif ait sa place dans le développement de notre société.

rso-3

Alors que le développement durable est une réflexion de plus en plus importante, le milieu sportif n'y échappe pas. Et c'est bien normal. De par leurs activités d’utilité sociale, leur statut associatif, voire la délégation de mission de service public confiée aux fédérations en Métropole, les organisations sportives sont au cœur de ces problématiques.
C'est pour aller encore plus loin qu'une plateforme a été mise à disposition par le CNOSF, et ce, afin d'aider les associations dans leurs démarches. « C'est un outil qui sert aux clubs et aux ligues dans leurs réflexions, lors de l'organisation de leurs événements, mais aussi dans leur mode de fonctionnement, commente Michel Quintin, directeur du CTOS. L'objectif est de bien comprendre les enjeux et d'être le plus responsable possible. Mais aussi de valoriser ses actions. »
Le site internet permet à toute organisation de trouver des idées, des pistes ou encore de jauger ses pratiques. « Structurer une démarche RSO, c’est faire connaître et valoriser ces actions tout en continuant de faire évoluer cet engagement sociétal et environnemental historique », résume le CNOSF. Un test est d'ailleurs proposé pour connaître son « score RSO ».
Un outil qui s'articule autour de trois points :

  • Mieux comprendre les enjeux et les pistes d’actions de la RSO
  • S'évaluer et identifier ses axes de progrès
  • Se doter d’outils, partager et valoriser ses pratiques

Zéro plastique et mise en avant de la culture
En Nouvelle-Calédonie, le principe de RSO ne date pas d'aujourd'hui. « Nous avons par exemple un regard tout particulier sur le respect de l'environnement, explique Michel Quintin. La plantation d'arbres par l'équipe de Nouvelle-Calédonie avant de partir aux Jeux, dans le but de réduire notre empreinte carbone, est un des nombreux exemples. »
On peut citer également la volonté de plus en plus affichée par les organisateurs d’aller vers le zéro plastique. Avec, par exemple, la mise en place d'éco-cups pour les ravitaillements des coureurs.
Les organisateurs s'engagent également très souvent sur la santé. On retrouve ainsi de moins en moins de boissons sucrées, au profit de l'eau, sur de nombreuses compétitions et la sensibilisation sur le sujet est très souvent présente sur les événements.
La confection de paniers de produits locaux, ou de sculptures, pour les récompenses participent également grandement à la mise en valeur de la culture calédonienne, sous toutes ses formes.
Plus que jamais, le sport est bien ancré dans son temps et son environnement.

Les six axes d'action de la RSO
1. Une gouvernance responsable et durable
2. L'épanouissement social et professionnel
3. Le respect et l'implication des pratiquants
4. La protection de l'environnement
5. Le respect des règles et des valeurs éthiques
6. Le développement et l'attractivité des territoires

ctos-rso-viuel

Au-delà des stades...
Le RSO existe, bien entendu, au-delà du sport. La Responsabilité sociale des entreprises (RSE) a été développée par de nombreuses sociétés. Au rang des nombreux exemples, on peut citer la BNC. À partir du premier semestre 2020, la Banque de Nouvelle Calédonie s'est engagée à stopper l'émission de relevés bancaires papier, préférant le numérique.
Autre cas de figure, la SIC qui s'est donnée d'objectifs de parités hommes-femmes et d'emploi de personnes en situation de handicap.

Aller plus loin
Tout savoir sur la Responsabilité Sociétale des Organisations sportives