Les Ailes du Sports OPT-NC : « Les femmes doivent oser ! »

10/03/21
A
 

Anne Perrier : « Les femmes doivent oser ! »

C'est le lancement en ce mois de mars du programme "Les Ailes du sport", en partenariat avec l'OPT-NC. Un dispositif qui vise à promouvoir la présence des femmes dans l'encadrement décisionnel des ligues et comités. Les explications d'Anne Perrier, secrétaire générale du CTOS, qui pilote le programme.

En quoi consiste le programme OPT-NC "Les Ailes du Sport" ? anne-perrier

Le dispositif des Ailes du sport est un programme déployé en étroit partenariat avec l'OPT-NC. Il consiste à encourager et accompagner les femmes bénévoles, dirigeantes ou en devenir, du mouvement sportif calédonien en leur donnant des outils dans des domaines tels que l'association sportive et son environnement, la gouvernance d'une association et sa gestion financière, la conduite d’un projet associatif ou bien encore le leadership dans le contexte associatif. Un cas pratique réfléchi et conçu par les participantes, en lien étroit avec les activités de leur association, viendra clore ce programme d'une quarantaine d'heures. Il débutera le jeudi 18 mars pour s’achever le samedi 29 mai, avec la restitution des travaux. Une alternance des intervenants a également été souhaitée entre professionnels et bénévoles avertis.

Quel est son objectif ?

L'objectif de ce programme est d’augmenter la présence des femmes dans les organes décisionnels des ligues, comités, fédération et clubs, dans les prochaines années, en leur donnant envie et confiance. Il est également destiné à créer une communauté de futures dirigeantes dans le milieu sportif et promouvoir une nouvelle gouvernance. Il représente aussi à mon sens, une belle opportunité de rencontre entre les différentes femmes dirigeantes du mouvement sportif calédonien.

Comment ont été choisies les candidates ?

Un appel à candidatures a été lancé au mois de décembre dernier, sur lequel se sont positionnées 19 candidates. Un comité de sélection s'est réuni le 16 décembre et en a retenu 15. Une liste qui a ensuite été validée par le conseil d’administration du CTOS. Notre grande satisfaction est d'avoir touché les trois provinces dans des disciplines variées, tant dans les sports individuels que collectifs, créant ainsi un groupe très hétérogène.

De manière plus générale, quelle est aujourd'hui la place des femmes dans le sport en Nouvelle-Calédonie ? Comment a-t-elle évolué ?

La place des femmes dans le sport en Nouvelle-Calédonie est encore aujourd'hui trop faible à mon avis, notamment au niveau des instances dirigeantes. J'en veux pour preuve qu'il n'y a que sept présidentes sur l'ensemble des 43 ligues, comités et fédération affilés au CTOS, même si ce chiffre est en progression. Plus généralement, le nombre de pratiquantes d'activités sportives tourne autour de 36 à 38 % depuis une dizaine d'années et peine donc à décoller pour différentes raisons (familiales, culturelles, etc.).

Vous êtes la première femme à occuper le poste de Secrétaire Générale du CTOS. A ce titre, quel message souhaitez vous faire passer aux femmes qui ont envie de prendre des responsabilités dans leur discipline ?

Les femmes doivent oser aujourd'hui prendre des postes à responsabilité, car elles sont tout aussi capables que leurs homologues masculins d'assumer les missions afférentes. Je pense que nos visions et sensibilités diffèrent parfois, mais qu'elles sont parfaitement complémentaires et tendent à faire fonctionner de manière optimale une organisation, quelle qu'elle soit ! J'encourage donc vivement les femmes du mouvement sportif à oser se positionner sur des postes à responsabilité. J'invite également nos confrères masculins à les accompagner en toute bienveillance !