Bassa Mawem, champion et entraîneur

5/04/17
A
 

Avec un champion de France de vitesse comme entraîneur fraîchement installé sur le territoire, Bassa Mawem, le comité régional d’escalade met toutes les chances de son côté pour former les futurs champions calédoniens.

Bassa Mawen article

Le palmarès de Bassa Mawem est impressionnant : trois fois champion de France de vitesse (en 2013, 2015 et 2016), il fait partie du top 4 mondial depuis 2014. Sa spécialité ? La vitesse donc, puisqu’il détient le record de France de vitesse qui est de 5,82 secondes pour monter un mur de 15 mètres.

Les Jeux Olympiques en ligne de mire

Bassa Mawem, 32 ans, découvre l’escalade à 15 ans par le biais de l’UNSS chez lui à Village-Neuf, dans le Haut-Rhin. C’est tout de suite une passion qui lui procure un fort sentiment de liberté.

Il entre en équipe de France d'escalade de vitesse en 2011, et remporte deux ans plus tard son premier titre national…

Même s’il avoue « être en fin de carrière », Bassa n’en continue pas moins de viser le podium. « Je me laisse encore 4 ans. Je vais participer aux deux premières étapes de la Coupe du monde en Chine, en avril, pour préparer les Championnats d’Europe en juin. Mais l’objectif final reste la qualification pour les Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo ».

Vous avez dit exigeant ? Les entraînements quotidiens sont là pour l’attester. Mais c’est le prix du podium !

Objectif : former des champions

Vient aujourd’hui l’envie de transmettre sa passion : Bassa passe son diplôme d’État pour devenir entraîneur, débarque en Calédonie et découvre la sélection.

 « Le potentiel est là, il faut l’accompagner et le développer ». C’est en tous cas le sentiment du champion qui a pris ses fonctions d’entraîneur en début d’année. « Les 18 jeunes, dont 4 filles, qui constituent désormais l’équipe calédonienne d’escalade, ont ce qu’il faut, capacité physique et motivation, pour arriver à un haut niveau, explique-t-il. Mais il faut travailler durement et sans relâche, surtout que la concurrence des autres pays est féroce et que la Nouvelle-Calédonie part de zéro en matière d’escalade ».

Son objectif ? « Que l’équipe soit qualifiée pour les Oceania mi-octobre, puis, pourquoi pas, avoir des jeunes en vitesse pour le Championnat de France en 2018, voire une sélection en équipe de France. »

L’escalade calédonienne a de beaux jours devant elle…