Florian Geffrouais se prend aux Jeux

12/12/16
A
 

Florian Geffrouais est professeur d’éducation physique détaché à l’UNSS. Il est aussi et surtout connu pour ses nombreux titres en décathlon. Le champion entend bien briller aux prochains mini-Jeux de Port-Vila, en 2017, et espère surtout pouvoir décrocher son ticket pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, son rêve absolu.

Geffrouais

Triple champion de France et deux fois vice-champion, à seulement 28 ans, Florian Geffrouais détient déjà un très beau palmarès. Il commence pourtant tardivement l’athlétisme, à l’âge de 14 ans. Il touche un peu à tous les sports mais c’est au saut à la perche qu’il fait preuve de bonnes prédispositions. Un entraîneur le prend sous son aile pour faire de lui un champion. La tentative est un échec et le dégoûte au point qu’il décide de tout lâcher.

Mais la passion est plus forte et, un an plus tard, il chausse à nouveau les crampons, cette fois pour le décathlon. La diversité de la discipline séduit le touche-à-tout. À 16 ans, il rejoint le pôle France à Montpellier où s’entraînent les meilleurs Français. C’est pour l’entraînement et retrouver un coach qu’il arrive en Nouvelle-Calédonie en 2010. L’aventure tourne court mais il décide de rester sur le territoire pour construire sa vie. Florian trouve en Calédonie un parfait terrain d’entraînement. Il s’inscrit à l’IUFM et décroche son diplôme pour devenir professeur d’éducation physique.

Après deux ans à s’occuper d’élèves, il se retrouve détaché à l’UNSS où il est chargé d’organiser les compétitions, ce qui lui permet de bénéficier d’un emploi du temps aménagé.

Défendre les couleurs de la Calédonie

Geffrouais DREt du temps, le jeune champion en aura besoin pour réaliser son rêve Olympique. Après avoir manqué son billet d’une poignée de points pour les Jeux de Londres et ceux de Rio, il compte bien prendre sa revanche à Tokyo, en 2020. Un rêve qu’il nourrit depuis tout petit et plus encore depuis sa participation aux Universiades, équivalent des Jeux au niveau universitaire.

Mais avant ce grand rendez-vous, Florian entend bien défendre les couleurs calédoniennes aux prochains mini-Jeux du Pacifique qui se tiendront au Vanuatu l’année prochaine.

S’il rêve de JO, l’athlète a les pieds sur terre et constate que la crise a rattrapé le sport de haut niveau. Beaucoup de ses amis qui auraient pu vivre de leur sport il y a dix ans, galèrent littéralement aujourd’hui.

Pour lui, la question se pose différemment puisqu’il a un métier qu’il aime, celui d’enseignant, et sait qu’après sa carrière de sportif, il retrouvera le chemin des classes pour une nouvelle page de sa vie…

Photo DR