Nicolas Dion avance gants aux poings

29/08/13
A
 

Il a brillamment franchi le cap de sa première année dans les rangs pros en remportant le Tournoi de France. Prochain objectif dans les gants de Nicolas Dion : le titre de champion de France. Avec peut-être au passage un combat à Nouméa. 

DION 1 banner art

« Après 20 ans chez les amateurs, j’essaie de gagner de la reconnaissance chez les pros. Je me suis lancé dans l’aventure, j’y ai pris goût. Plus on me disait que j’allais me faire casser la bouche, plus ça me donnait d’envie. » À force de travail et d’abnégation, à force de croire que son défi n’a rien d’une chimère, Nicolas Dion le fait peu à peu se réaliser. Lui qui avait raccroché les gants après une première expérience en équipe de France juniors a remporté il y a quelques semaines le Tournoi de France. Et vise désormais un combat pour le titre de champion de France. « Le travail paie, sourit le Nouméen. Ça a été un gros challenge. Beaucoup pensaient que j’étais vieux, que j’étais fini. Remporter le Tournoi de France était l’objectif que je m’étais donné en faisant mes débuts chez les pros il y a un an. J’ai franchi une étape, on peut maintenant passer au palier supérieur. » 

Sept victoires, une défaite

Il y a un peu plus d’un an, Nicolas Dion faisait ses débuts dans le monde professionnel de la boxe. Huit combats plus tard, il compte sept victoires pour une défaite. Et donc un premier titre au Tournoi de France depuis le mois de juillet. Après avoir regoûté à l’équipe de France puis avoir défendu les couleurs du Paris United de Brahim Asloum, Nicolas Dion a logiquement franchi l’étape suivante en devenant professionnel. Avec succès. Et avec beaucoup de travail. « J’ai tout repris à la base en découvrant la boxe professionnelle », atteste-t-il, se souvenant de ces désormais révolues mauvaises habitudes acquises en 20 ans chez les amateurs.

Dernier adversaire en date, le Tourangeau Maurice Possiti, battu aux points le 6 juillet en finale du Tournoi de France à Grenoble. Grenoble, c’est là où Nicolas Dion a installé son vestiaire, avec son entraîneur Patrick Mallaizée. « Je vis entre Grenoble et Belfort, précise-t-il. À Belfort, il y a la maison, ma femme et mes enfants. À Grenoble, c’est la boxe. J’alterne entre les deux. Ma femme dit qu’elle m’a en garde alternée avec mon entraîneur ! (rires) » 

Un combat à Nouméa en novembre ?

DION 2 dem Reste désormais à poursuivre l’aventure. À continuer d’enchaîner les rounds, d’acquérir de l’expérience sur le ring. À 31 ans, Nicolas Dion sait qu’il est encore capable de réussir de belles choses : « Je crois en moi. Je crois que c’est possible de devenir champion de France. Pour y arriver, il va falloir que je fasse des combats pour monter dans les classements. On essaie de mettre toutes les chances de notre côté. On cherche à boucler un premier combat pour le mois d’octobre. Et ensuite, je risque de venir faire un combat en Nouvelle-Calédonie. On est en train de finaliser un combat à Nouméa au mois de novembre. Logiquement, ça devrait avoir lieu. Revenir faire un combat en Calédonie, ce serait magnifique ! J’y ai disputé mon premier combat amateur, contre un Australien, en 1994. J’y ai ensuite remporté la médaille d’or Jeux du Pacifique, en 2011. » Quelle meilleure destination que la Nouvelle-Calédonie pour donner à Nicolas Dion toute la force dont il aura besoin cette saison ?

Philippe Baudet, Outre-Mer Sports - Août 2013