Rodrigue Tetainanuarii s’épanouit en Bretagne

18/03/13
A
 

Voilà six ans que Rodrigue Tetainuarii a posé son sac en Bretagne. Plus ancien joueur du groupe de l’Aurore de Vitré, il espère aider son club à accéder à la Nationale 1.

Tetainanuarii article

Rodrigue Tetainanuarii est un homme heureux. Installé à Vitré, près de Rennes en Bretagne, depuis six ans, le Cagou y a trouvé un cadre idéal pour son épanouissement. Épanouissement personnel, il est le papa depuis sept mois avec son amie Solenne du petit Dany. Épanouissement sportif puisqu’à l’Aurore Vitré, il a trouvé un club qui lui fait confiance. « Rodrigue est le joueur le plus ancien de l’équipe, ça veut dire que ça se passe bien, sourit son entraîneur Laurent Zaknoun. C’est très agréable de travailler avec lui. Il se donne toujours à fond, c’est quelqu’un qui ne triche jamais. En tant qu’entraîneur, je sais que je peux toujours compter sur lui.» 

À tel point que sur les parquets, Tetainanuarii est un peu le baromètre de l’équipe. « Quand Rodrigue est bon, ça facilite les choses pour l’équipe, ajoute son coach. Et il est rarement mauvais ! C’est un joueur majeur du groupe. Il n’est pas un leader par la parole, mais il l’est par son basket. » Travailleur invétéré, l’intéressé ne cesse de montrer l’exemple à ses jeunes équipiers. « Encore aujourd’hui, à 30 ans, je n’arrête pas de bosser, note celui qui est arrivé en Bretagne en 2006 en provenance de Boulazac où il a passé trois saisons dont deux en Pro B. Je travaille pour m’améliorer encore dans des domaines où je suis perfectible. » 

Avec lui, l’Aurore Vitré espère bientôt accéder au championnat de Nationale 1. « J’ai envie de jouer en Nationale 1, c’est mon souhait. Je veux regoûter à ce niveau. Je serais très heureux de pouvoir finir ma carrière en Nationale 1. Si un club de Pro B, un jour, m’appelle, ça me ferait plaisir. Mais si c’est pour cirer le banc de touche, ne pas jouer et ne pas m’amuser… Si c’est pour jouer cinq minutes, ça ne m’intéresse pas. Alors que si on monte en Nationale 1, je sais que j’aurai 20 minutes de temps de jeu, sûr. »

Éducateur sportif pour la communauté d’agglomérations

Tetainanuarii article2

La montée n’a pas été à l’ordre du jour cette saison, l’Aurore Vitré a terminé en milieu de tableau. « Il nous manque de la régularité à l’extérieur pour viser la montée, analyse, lucide, Tetainanuarii. À domicile, il n’y a rien à dire, mais à l’extérieur, on n’a remporté que deux victoires cette saison… On n’utilise pas assez, à mon avis, nos points forts sur les parquets adverses. » 

Le regard aiguisé sur ses performances et celles de son équipe, Rodrigue Tetainanuarii a passé ses diplômes pour, à l’issue de sa carrière, rester dans le milieu. « J’aimerais bien devenir coach ou intégrer un staff technique. Aujourd’hui, j’y goûte en travaillant en tant qu’éducateur sportif pour la communauté d’agglomérations de Vitré. Je vais dans les clubs alentour et j’entraîne les gamins. Et j’interviens également, pendant les vacances, sur des activités multisports. Tout ça me plaît, je pense qu’à la fin de ma carrière, je coacherai. » Une fin de carrière qui, s’il est épargné par les blessures, attendra tout de même un peu. « Si tout va bien, je me donne encore cinq ans sur les parquets. Et si tout va bien, j’espère disputer avec la sélection de Nouvelle-Calédonie les Jeux du Pacifique, en Papouasie Nouvelle-Guinée, en 2015. J’aimerais qu’on conserve notre titre acquis en 2011. » 

Toujours présente dans son esprit, même s’il n’a pas l’occasion d’y rentrer autant qu’il l’aimerait, la Nouvelle-Calédonie pourrait, à terme, faire partie de ses projets. « Je n’oublie pas la Calédonie, et tout ce qu’ont fait pour moi la Ligue et le CTOS. J’essaie du mieux que je peux de leur rendre à chaque fois que je rentre avec la sélection. J’aimerais plus tard apporter mon expérience aux jeunes. Parce que c’est eux la relève. » 

D’ici là, Rodrigue Tetainanuarii va « profiter à fond » de ses dernières années à passer sur les parquets.

 

Philippe Baudet,  Outre-Mer Sports