Rio 2016 : que la fête commence !

A
 

Du 5 au 21 août, la planète sport aura pour capitale Rio de Janeiro. Après la Coupe du monde de football, il y a deux ans, la ville brésilienne s’apprête en effet à accueillir les prochains Jeux Olympiques. Près de 10 500 athlètes, 206 comités nationaux représentés, 28 sports, 306 épreuves, 7,5 millions de places vendues, plus de 5 milliards de téléspectateurs dans le monde, voilà qui s’annonce grandiose !... Les Bleus arrivent en force, avec près de 400 athlètes, dont l'objectif sera de battre leur record du nombre total de médailles glanées depuis l’après-guerre, obtenu en 2008 et qui portait sur 41 podiums. Parmi eux, la Calédonienne Lara Grangeon est bien décidée à vivre quelques phases finales dans le somptueux stade aquatique de Barra. La nageuse du CNC suit ainsi une belle liste de Cagous qui, depuis plus de cinq décennies, ont aussi connu le graal sportif. Elle n’est pas la seule Calédonienne. Quelques semaines plus tard, au même endroit, au moins trois Cagous relèveront à leur tour le défi lors des Jeux Paralympiques…

rio fete dossier 16

Rio en chiffres Premieres fois
Mascottes Disciplines
Bleus paralympiques
Cagous encadrement
IOH loin du sport

 Rio en chiffres

rio logo10 500 athlètes.
206 comités nationaux olympiques.
28 sports.
306 épreuves.
32 sites de compétitions.
90 000 personnes seront nécessaires pour le bon déroulement des Jeux.
200 agents de contrôle du dopage seront en service.
4 500 analyses d’urine et 1 000 analyses sanguines seront effectuées à Rio.
20 000 représentants des médias internationaux (presse et diffuseurs).
16 000 postes supplémentaires d’employés ont été créés pour assurer les services dans les nouveaux hôtels et appartements construits pour les Jeux.
Un million de cours d’anglais ont été donnés aux volontaires et aux fournisseurs de services locaux, tels que les chauffeurs de taxi.
7,5 millions de places vendues.

Toutes, toutes premières fois…

Rio 2016, c’est d’abord une grande première dans l’histoire des Jeux : jamais en effet non seulement le Brésil mais aussi l’ensemble du continent sud-américain n’avait eu l’occasion d’accueillir l’événement.

Même s'il s'agit d'un baptême du feu pour le Brésil, le pays pourra capitaliser sur l'expérience de la toute récente organisation de la Coupe du monde de football 2014, qui avait été un vrai succès. Par ailleurs, bon nombre d'infrastructures (Stade Maracana, Parc aquatique Maria Lenk, HSBC Arena, Sambodrome...), construites pour les Jeux Panaméricains de 2007 ou pour le Mondial 2014, existaient déjà, ce qui a permis de gagner du temps et de réduire le coût total de ces Jeux.

Rio 2016 sera aussi marqué par le retour du rugby et du golf au programme olympique après plusieurs décennies d’absence, et la présence pour la première fois sur la scène olympique d’athlètes réfugiés.

Les mascottes Vinicius et Tom

carr 6811Les mascottes des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2016 à Rio se prénomment respectivement Vinicius, qui représente la faune, et Tom, pour la flore du Brésil.

Vinicius est un mélange de différents animaux typiques du Brésil. Joyeuse, sportive, imitatrice, amicale et communicative, ce petit animal jaune comprend les caractéristiques de l'ensemble de ces animaux : la vélocité, la détente et la force.

Meilleur ami de Vinicius, avec ses cheveux composés de feuillages, Tom représente l'ensemble de la flore brésilienne. Intelligence, créativité et détermination sont ses maîtres mots et le message que la mascotte souhaite faire passer tout au long de la quinzaine des Jeux Paralympiques.

La liste des disciplines

athletics rio.comLa liste définitive des sports retenus compte 28 disciplines, avec parfois des « sous-catégories ».

Par ordre alphabétique :

• athlétisme,
• aviron,
• badminton,
• basket-ball,
• boxe,
• canoë-kayak (course en ligne + slalom),
• cyclisme (BMX + piste + route + VTT),
• sports équestres (saut d'obstacles + dressage + concours complet),
• escrime,
• football,
• golf,
• gymnastique (artistique + rythmique + trampoline),
• haltérophilie,
• handball,
• hockey sur gazon,
• judo,
• lutte (libre + gréco-romaine),
• sports aquatiques (natation + plongeon + natation synchronisée + water-polo),
• pentathlon moderne,
• rugby à 7,
• taekwondo,
• tennis,
• tennis de table,
• tir (carabine + pistolet + tir aux plateaux),
• tir à l'arc,
• triathlon,
• voile,
• volley-ball (en salle + beach-volley).

Les Bleus en route pour Rio...

Ils seront 396 athlètes à représenter la France aux JO de Rio.

En 2012 à Londres, les Bleus avaient terminé 7e avec 11 médailles d’or, 11 d’argent et 13 de bronze, derrière les États-Unis, la Chine, la Grande-Bretagne, la Russie, la Corée du Sud et l’Allemagne. Un total de 35 médailles qui la positionnait à la 8e place du classement du nombre des médailles.

L'objectif sera de battre son record du nombre total de médailles (41 podiums en 1920 et 2008, elle avait récolté 101 médailles en 1900 mais il y avait à l'époque beaucoup moins de pays participants). Son record de médailles d'or date, lui, de 1996 (toujours sans tenir compte des JO de 1900) avec 15 victoires au total.

Les Jeux paralympiques

Les Jeux paralympiques se dérouleront quelques semaines après la clôture des JO, du 7 au 18 septembre.

Ils voient l'introduction de deux nouveaux sports au programme paralympique, le canoë et le paratriathlon, passant à 22 le nombre total de sports proposés.

Plus de 4 000 athlètes seront en compétition, issus de plus de 170 pays membres du Comité International Paralympique (CIP).

Des Cagous y seront !

20160411 115534 - copie BD

Après Londres en 2012, Lara Grangeon a été sélectionnée pour Rio. La nageuse calédonienne sera alignée sur le 400m 4 nages, épreuve dont elle est détentrice du record de France qu’elle a battu de près d’une seconde (4'36''61) en avril. Elle sera également alignée sur le 200m 4 nages et le 200m papillon (elle est championne de France en titre sur ces deux nages).

Lara sera rejointe par Rose Welepa, Nicolas Brignone et Pierre Fairbank quelques semaines après pour les Jeux Paralympiques.

En course fauteuil (T53) et pour sa cinquième participation aux Jeux, Pierre Fairbank sera aligné sur le 100m, 400m, 800m, relais 4x400m et le marathon. À ses côtés et évoluant dans la même catégorie (T53), le jeune Nicolas Brignone a décroché son premier billet pour les Jeux Paralympiques et sera au départ du 100m, 400m et du relais 4x400m. Quant à Rose Welepa, elle prendra part à la compétition du lancer de poids malvoyant (catégorie F12) et tentera de faire mieux qu'à Londres où elle avait fini 14e du concours.

On attend toujours de savoir si Marcelin Walico, champion d’Europe et recordman d’Europe en titre, pourrait lui aussi voir son nom figurer sur la liste des inscrits dans la compétition du lancer de javelot (en fauteuil catégorie F57). La décision du comité de sélection ne devrait plus trop tarder…

A noter également que Pierre-Gilles Lakafia sera aussi du voyage à Rio. Trois décennies après la participation aux JO de Los Angeles (1984) de Jean-Paul, son père, lanceur de javelot, le joueur de Rugby à 7 perpétue ainsi la tradition sportive de cette famille calédonienne. 

Dans l’encadrement, d’autres calédoniens…

Laurent Gané FFCLes Cagous ne seront pas les seuls à Rio : Patrick Gillmann, vice-président de la Fédération Internationale de Tennis de Table et président de la ligue locale, fera partie de sa délégation générale. Il aura la charge de superviser et conseiller le jury qui officiera lors des compétitions ainsi que de suivre les jeunes joueurs sélectionnés.

De son côté, Olivier Deniaud, conseiller technique de la Ligue calédonienne de sport adapté et handisport, fera également partie du voyage en qualité de responsable des entraîneurs.

Le champion olympique et septuple champion du monde de cyclisme sur piste Laurent Gané sera aussi de la partie côté staff, lui qui a rejoint l'encadrement de l'équipe de France de la Fédération Française de Cyclisme en qualité d’entraineur national (piste sprint).

… et 7 athlètes pensionnaires de l’IOH aux Jeux

Haltérophiles JO IOHDe Nouvelle-Calédonie, nos quatre Cagous sélectionnés ne sont pas les seuls à participer à ces Jeux. Sept athlètes s’entrainant à l’Institut océanien d’haltérophilie (IOH), situé au Mont-Dore, ont décroché également leur billet pour Rio.

Cinq hommes et deux femmes, résidents de l’Institut, font en effet partie de l’élite mondiale et ont été sélectionnés pour représenter leur pays aux Jeux Olympiques dans la compétition d’haltérophilie.

 

Loin du sport…

Cristo-Redentor-de-Rio-de-JaneiroLes Jeux de Rio s’organisent dans un contexte particulièrement difficile.

À commencer par la menace terroriste mondialisée, que les autorités brésiliennes prennent très au sérieux. À la suite de l'attentat de Nice du 14 juillet, le niveau de sécurité a même été relevé.

S’ajoutent à cela, une crise politique profonde au Brésil et une épidémie de fièvre Zika, officiellement déclarée depuis plus d’un an et à cause de laquelle certains sportifs ont d’ores et déjà déclaré forfait.

Les athlètes russes, quant à eux, sont suspectés de dopage à grande échelle et nombre d’entre eux ont déjà été interdit de participation… L’organisation des J.O. n’est visiblement pas un long fleuve tranquill

Photos DR

 

-->