En route vers Port Moresby

A
  Imprimer

PNG papier principal foule

Les Papous dans les starting-blocks

MP29.08NAT 156 - copieDu 4 au 18 juillet prochain, l'Océanie toute entière aura les yeux tournés vers Port Moresby. Trois mille athlètes et 1 500 encadrants et officiels sont attendus pour cette XVe édition des Jeux du Pacifique. Le pays n'en est pas à son coup d'essai puisqu'il avait déjà accueilli les Jeux en 1969 et en 1991.

PNG2015 a été doté d'un budget de 40 milliards de francs. Les Jeux s'appuieront principalement sur les structures déjà existantes comme le Sir John Guise Stadium, agrandi pour atteindre une capacité de 15 000 spectateurs. Une salle omnisports de 1 700 places, le PNG Power Dom (sports en salle), et le complexe Taurama (natation et sports en salle) complètent les équipements. Le village a, lui, été construit sur le site de l'université et servira après les Jeux de résidence étudiante après les Jeux.

Côté compétition, la Papouasie, qui célèbre également cette année son indépendance, veut faire de 2015 une année historique et espère bien non seulement rafler un maximum de médailles, mais surtour de remporter les Jeux. Le pays hôte a d'ailleurs mis les moyens dans la préparation de ses sportifs, en recrutant des coachs de renommée internationale et en envoyant ses athlètes en stage en Australie et en Nouvelle-Zélande.

24 nations, 28 disciplines

SMA 6150En plus des 22 Nations océaniennes qui participent habituellement aux Jeux, l'Australie et la Nouvelle-Zélande seront représentées pour la première fois. L'idée était en gestation depuis une quinzaine d'années et a été validée l'an dernier par le Conseil des Jeux du Pacifique. Ces deux poids-lourds du sport international participeront dans seulement  quatre disciplines (haltérophilie, rugby à sept, taekwondo, voile) où les autres nations du Pacifique ont également des chances de médaille.

Vingt-huit disciplines sont proposées aux délégations, dont douze sont obligatoires : athlétisme, basket-ball, football, golf, haltérophilie, natation, rugby à 7, tennis, tennis de table, va'a, beach volley et volley-ball. Seize sont optionnelles : boxe, culturisme, cricket, hockey sur gazon, karaté, lawn bowls, netball, force athlétique, rugby league, voile, tir, softball, squash, taekwondo, touch rugby, triathlon.

À noter qu'il n'y aura pas d'épreuve de softball masculin : avec un seul pays inscrit (la Papouasie), la compétition a tout simplement dû être annulée.

335 Cagous chez les Papous

La délégation calédonienne compte 335 athlètes inscrits dans 22 disciplines. Les Calédoniens ont l'habitude de repartir des Jeux les valises pleines d'or, d'argent et de bronze, mais cette édition s'avère particulièrement relevée avec la solidité des équipes papoues et la présence de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande. D'autant qu'un mauvais souvenir pèsera sur les épaules des Cagous : une des deux seules fois de l'histoire des Jeux où la Calédonie n'est pas arrivée en tête au classement des médailles, c'était justement à Port Moresby, en 1991.

Ni flamme ni bouquets
PNG papier principal PNG papier principal mascotte

La Papouasie a souhaité donner des couleurs locales aux cérémonies qui entourent les Jeux. Ainsi ce n'est pas une flamme qui aura traversé les 22 provinces du pays mais un bâton gravé, porté par plus de 2 000 personnes. Les athlètes ne recevront pas non plus de bouquet de fleurs lors des remises de médaille, mais un « bilum », sac papou traditionnel. Trois milles exemplaires ont été fabriqués pour l'occasion par cinq cents femmes du pays.

Un oiseau pour mascotte

La mascotte de ces XVes Jeux est un kokomo (calao en français), oiseau typique de la Papouasie. Surnommé Tura, l'animal au grand bec ne doit pas être confondu avec le toucan, dont aucun représentant n'a jamais été observé à ce jour en Papouasie...