Rencontres calédoniennes du sport de haut niveau

A
 

actu 20141029 rencontres 01

Quel est le rôle de l’entraîneur calédonien dans le sport de haut niveau ? Quels sont ses moyens et ses outils ? Quelles sont les difficultés qu’il rencontre ? Sont-elles différentes de celles vécues par ses collègues de la région et de Métropole ? Durant quatre jours, mi-octobre, entraîneurs et spécialistes ont échangé sur le sujet à l’occasion d’un colloque organisé par le gouvernement en partenariat avec le CTOS.

La Direction de la jeunesse et des sports de la Nouvelle-Calédonie (DJSNC), en partenariat avec le CTOS, a organisé la 2e édition des rencontres calédoniennes du sport de haut niveau, du 10 au 14 octobre, avec pour thème « l’entraîneur face à la performance… ou l’acte de parler et penser sa pratique ». Ce séminaire réservé aux présidents de ligues et comités sportifs ainsi qu'aux entraîneurs s’est décliné en deux temps : d’abord un colloque, sur deux jours à l'hôtel Park Royal, puis la tenue d’ateliers d'entraîneurs, organisés au CISE.

Des personnalités* de renom national voire international ont participé aux débats, à l’instar de l’ancien entraîneur du PSG, Antoine Kombouaré, ou l’entraîneur de l’équipe de France de handball, Claude Onesta. À noter aussi la présence de « régionaux », comme Alex Baumann, directeur général de l’High Performance Sport New Zealand, ou encore Matt Favier, directeur de l’Australian Institute of Sport…

Chacun y a apporté de son expérience personnelle, de ses méthodes et de ses solutions concrètes. Les échanges, nombreux et intenses, ont été fort intéressants tout au long du colloque, que ce soit lors des deux premières journées, animées par les débats et le mode des questions/réponses, ou lors des ateliers d’entraîneurs, au Cise.

Le défi du haut niveau que les cadres sportifs ont à relever paraît immense. Mais il est identique ailleurs. Au fil des échanges, les intervenants ont démontré que les solutions ne venaient pas toutes d’ailleurs, de Métropole ou de la région. Ici, en Nouvelle-Calédonie, il y en avait aussi. L’éloignement n’est pas insurmontable. À condition, peut-être, de créer davantage de liens et de passerelles entre les différentes disciplines.

La démarche, fort appréciée, a en effet permis de mettre en lumière un sentiment d’isolement vécu par les entraîneurs locaux, qui manifestent le besoin de se réunir plus souvent. Des formations communes pourraient aussi être mises en place afin de mutualiser les moyens et les expériences.

*Lire aussi… Séminaire "L'entraineur face à la performance"

Quatre thèmes pour les entraîneurs

Quelle conception de l’excellence comme point de départ d’une réflexion sur l’entraînement ?

  • L’excellence de quoi parlons-nous ?

Comment élever le niveau de pratique compétitive en Nouvelle-Calédonie ?

  • Singularité contre particularisme (singularité régionale face aux problèmes liés au particularisme en Nouvelle-Calédonie).

Les outils de l’entraîneur face à l’imprévisibilité de la performance.

  • La gestion de l’individualité au sein d’un collectif ou groupe d’entraînement.
  • Planification ou improvisation ?
  • La gestion partagée d’une échéance.

Quels enjeux, quels contenus pour une formation continue des entraîneurs ?

  • Formation initiale et continue.
  • Implication, fidélisation de l’entraîneur.
  • Motivations et contraintes.
  • Bénévolat / professionnalisme.
  • Reconnaissance.
  • Gestionnaire ou visionnaire ?