La difficile équation des Jeux d’Apia

5/03/19
A
  Imprimer

Alors que les Jeux du Pacifique se déroulent dans un peu plus de trois mois aux Samoa (du 7 au 20 juillet), les préparatifs battent leur plein pour la délégation calédonienne. Mais, cette année, le budget est bien plus serré qu’il y a quatre ans…

Logo Jeux Samoa 2019Il y a des nouvelles qui font moins plaisir que d’autres. Lors du vote du budget primitif de la Nouvelle-Calédonie en décembre dernier, la somme allouée aux Jeux du Pacifique a fondu : de 165 millions de francs en 2015, elle passe à 120 millions cette fois. De fait, le budget global pour la délégation calédonienne à Apia sera de 139 millions. C’est 60 millions de moins qu’il y a quatre ans. « On est face à une équation très difficile, explique Michel Quintin, le directeur du CTOS. Avec bien moins, on nous demande de faire la même chose. »

C’est le sportif qui sera privilégié à Apia. « Il n’y aura pas de baisse significative du nombre d’athlètes calédoniens, prévient-il. Ils seront au maximum 341 sportifs pour 86 encadrants. C’est à peu de chose près comme en 2015 en Papouasie. »

Une histoire de choix

Aucune discipline ne sera laissée de côté, mais des choix ont été faits pour réduire les coûts. « Certaines disciplines ont vu leur nombre de places réduites, car notre position a été de privilégier les sports médaillables.»

La réduction des coûts se fera également par la limitation des retours pour les athlètes de Métropole, ou d’ailleurs. « En effet, il a fallu statuer sur les rapatriements qui apportent un plus indispensable à l'équipe. »

Pour ce qui est hors sportif, l’un des choix les plus symboliques est celui de l’abandon de la tenue pour le défilé des athlètes, lors des cérémonies d’ouverture et de clôture. « Une première dans l’histoire de notre équipe », souligne Michel Quintin. Nos athlètes défileront donc avec les polos qu’ils utilisent pour les épreuves.

Préparation tronquée

Du côté du transport de la délégation vers Samoa, là aussi, le budget a été resserré. « En 2015, on avait deux avions pour se rendre en Papouasie. Cette année, on ne peut en avoir qu’un seul. Mais il ne suffira pas pour faire voyager tout le monde. On va donc mutualiser les moyens avec l’équipe de Wallis-et-Futuna. »

Une partie de la délégation ira donc du côté d’Hihifo pour ensuite prendre un vol vers Apia. D’autres encore prendront un vol commercial avec une escale à Fidji. « Pour certains, les conditions seront moins confortables, prévient Michel Quintin. Ce sont les athlètes qui ne commencent pas la compétition tout de suite qui seront concernés. »

On note également que le budget de la préparation a été réduit. De 130 millions entre 2014 et 2015, il est passé à 98 millions pour 2018 et 2019. « Avec cette somme, chaque ligue ne peut faire qu’un seul déplacement pour une compétition préparatoire, pose le directeur du CTOS. Cela risque d’avoir une incidence sur les performances. »

Difficile dans ces conditions de mettre en place un objectif de médailles précis pour les Cagous…

Les coaches calédoniens en formation

Dans le cadre de la convention signée entre le CTOS, le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et l’Insep en 2017, deux formateurs métropolitains seront sur le Caillou pour un suivi de terrain auprès des encadrants dans le contexte de la préparation aux Jeux du Pacifique.

Les deux formateurs de l’Insep, l’un axé sur le sportif, l’autre sur le psychologique, seront là durant la première quinzaine d’avril. « Dans un premier temps, ils effectueront une mise à jour sur les connaissances sur les entraînements, la récupération ou encore l’utilisation des nouvelles technologies, explique Yan Bouverne, responsable de la formation au CTOS. Et puis il y aura ensuite le travail sur le terrain avec un accompagnement lors d’entraînements. »

Une visite qui tombe à pic pendant les vacances d’avril alors que les ligues ont prévu des stages de préparation pour leurs athlètes.

Lire aussi ...

Les Jeux approchent…

Samoa 2019 : la concurrence se prépare !...