Des Cagous privés de sélection ?

17/10/18
A
 

kevin-mayer

Rester rattaché au mouvement sportif français et aux fédérations françaises tout en s’insérant dans la zone océanienne, même avec leur accord, ne va pas de soi. Le CTOS tire la sonnette d’alarme et invite les ligues à vérifier leur convention avec les fédérations océaniennes. Certains sportifs pourraient bien ne pas pouvoir participer aux Jeux du Pacifique quand d’autres se verraient refuser leur intégration en équipe de France…

Certains de nos Cagous pourraient y perdre des plumes… Des athlètes dans certaines disciplines viennent d’être confronter à un problème d’éligibilité qui peut leur barrer la route vers une sélection en équipe de Nouvelle-Calédonie ou, pire, en équipe de France. Cette situation, purement juridique, pourrait concerner en vérité un grand nombre de disciplines, même si elle n’est pas systématique.
Pour rappel, la délibération n°251 du 16 octobre 2001 a pour principe de permettre au mouvement sportif français de rester rattaché aux fédérations françaises tout en s’insérant, avec l’accord de ces dernières, dans la zone océanienne.

L’adoption de cette délibération a été suivie de la mise en place de conventions entre les fédérations françaises et les ligues et comités, à partir d’une convention type élaborée par la Direction de la Jeunesse et des Sports, le Congrès de la Nouvelle-Calédonie et le mouvement sportif. Le texte stipule que les ligues restent affiliées à leur fédération de tutelle, tout en reconnaissant le droit pour ces premières de s’affilier aux fédérations océaniennes. De même, tout sportif licencié en Nouvelle-Calédonie est sélectionnable en équipe de France, dans le cadre de la règlementation de la fédération internationale.

Malheureusement, récemment, certaines disciplines ont connu des difficultés : l’impossibilité pour des Bleus d’origines calédoniennes de défendre la Calédonie aux Jeux du Pacifique ou, à l’inverse, pour des Calédoniens d’intégrer l’Équipe de France…

Le CTOS invite donc les ligues et comités à faire un état des lieux sur ce problème potentiel d’éligibilité, en examinant leur statut auprès de leur fédération océanienne et en étudiant les règles d’éligibilité de la fédération internationale de leur discipline. Le CTOS se propose par ailleurs d’accompagner les ligues et les comités qui le souhaitent dans leurs démarches auprès des instances nationale et internationales pour rétablir la situation.

-->