L'Olympisme à la fête

13/07/17
A
 

Plus de 1 200 enfants ont célébré la Journée Olympique cette année à différents endroits de Nouvelle-Calédonie : Lifou, Mont-Dore, Koumac et Koné. Comme à chaque fois, l’événement planétaire se traduit sur le territoire par l’organisation de manifestations sportives, dans le respect de la devise de cet événement : « bouger, apprendre et découvrir ».

364A5292 - Boulari - copie

La Journée Olympique a été l’occasion pour les enfants des classes de CP jusqu’en 6e de s’essayer à de nombreux sports et de susciter chez eux, pourquoi pas ?, quelques vocations. En tout cas, le message des valeurs de l’olympisme et du sport en général est bien passé auprès des élèves, grâce à des travaux préparatoires des enseignants en amont avec leur classe : « On les prépare sur deux périodes de six semaines, explique Marie-Jo, institutrice de CM2 à l’école de Pouembout Léonie-Avril. On peut travailler dans de multiples domaines, c'est ce qui rend le projet d'une telle journée intéressant : la symbolique, l'histoire, la géographie, les sports... »

JO articleTao, élève de CM2 à l'école des Alamandas, à Koné, a bien retenu la leçon : « Le respect, l'amitié... Ces valeurs représentent des choses cool, l'amitié entre chaque pays ! »

Au stade Boewa à Boulari, une maman accompagnatrice est ravie : « Je suis heureuse de voir ma fille participer à cette journée et s’éclater ! » Il faut dire que rien n’est laissé au hasard afin que l’événement se déroule au mieux. Et le mécanisme est bien rodé : les ateliers se succèdent à intervalles réguliers afin que les jeunes participants puissent pratiquer un maximum d’activités.

Les intervenants, très investis et experts dans leur discipline, ne ménagent pas leurs efforts, à l’image de Suzanne Wajoka, joueuse de l’équipe de France cadette de hand-ball. Les enseignants accompagnés de quelques parents complètent l’encadrement.

Cerise sur le gâteau, actualité oblige, le thème de la Journée Olympique était placé sous le signe de la candidature de Paris comme ville hôte pour les Jeux de 2024. A Lifou, les enfants se sont réunis sur la Baie de Chateaubriand pour former le signe Paris 2024. Un soutien qui a fait l’unanimité auprès des enfants, jamais avares de défis. Et 22 000 kilomètres n’entament en rien l’ardeur de ces jeunes sportifs, à l’image de la petite Steph, élève de CE1 à Lifou : « Oui, c’est la capitale de notre pays, on veut aller à Paris un jour, c’est joli ! ».

JO 2017 nouvelle calédonie