Stand Up Paddle

15/11/16
A
 

 Noic Garioud wb

Le jeune calédonien Noïc Garioud a remporté le titre de champion de France (-15 ans) de beach race lors des championnats de France qui se sont disputés dimanche 30 octobre à Hossegor (Landes). Titouan Puyo, champion sortant et grand favori de la catégorie Open, termine quant à lui 3e. Clément Colmas, champion de France espoirs en planche de 14 pieds deux deux semaines auparavant, a dû déclarer forfait après s’être écrasé le doigt d’une main dans une portière. 

Vagues de 2m50

Dans des conditions qualifiées de dantesques par certains habituées des courses de Sup race, vagues de 2m50 et shore break impressionnant, les concurrents des championnats de France ont connu des fortunes diverses. Pas Loïc Garioud, lequel a bénéficié d’un passage en début d’après-midi pour les plus jeunes, avec des vagues moins fortes. Parti en tête de sa course d’entrée, il a accentué sa première place pour aller cueillir un premier titre national.

Puyo chute à deux reprises

Grand favori de la course, Titouan Puyo a malheureusement chuté à deux reprises sur deux énormes séries de vagues alors qu’il était en tête dès le premier des trois tours. Au prix d’un effort considérable, il est revenu sur le peloton de tête dans le 2e tour. Avant de subir de nouveau la foudre des vagues de La Nord.

Au final, c’est Arthur Arutkin qui s’est arraché pour doubler le jeune Martin Letourneur et s’imposer. Puyo montant sur le podium de cette course véritablement folle.

Noic Garioud portrait wbRésultats de la beach race

Open

1. Arthur Arutkin

2. Martin Letourneur

3. Titouan Puyo

Moins de 15 ans

1. Noïc Garioud

2. Marius Auber

3. Tom Fifils

Noïc Garioud (champion de France -15 ans de beach race)

« Je suis très heureux. Je me suis entraîné assez durement pour cette compétition. Je veux faire un gros bisou à mon pote Clément (Colmas) qui a déclaré forfait après sa blessure (doigt). Pour les moins de 15 ans, le plan d’eau était assez calme, et j’ai pris la tête très vite. J’ai maintenu mon avance jusqu’à la fin. En Open, c’était très dur avec les vagues. Je n’en ai pas eu pour descendre en surfant, mais je les ai prises sur moi en remontant. J’ai beaucoup chuté. C’était vraiment très dur. »